D 100
T4 - 18/21
ajh
corr: 11/05/04
21/09/04
II-II-97/101
Titre de la lettre:

Impossibilité d'apporter des preuves de l'existence d'UMMO

Date :
12/06/1971, reçue le 19/06/1971
Destinataires :
Association ERIDANI
Notes :

(1 lettre - 4 pages - Postée à Londres )

UMMOAELEUE

Chers amis d'Espagne :

Nous avons observé avec une préoccupation progressive la diffusion croissante que la nouvelle de notre existence a atteint dans ce pays historique de l'Europe.

Nous énonçons cette crainte, dans l'ordre des troubles hypothétiques que pourraient provoquer mes frères, puisqu'à présent nos séjours dans cette nation sont sporadiques et de brève durée.

Mais nous constatons avec tristesse que nos demandes antérieures n'ont pas été estimées à leur juste valeur. Nous vous l'assurons : que nous puissions qualifier sans crainte de sous-estimés et de très graves les troubles que pourraient provoquer aujourd'hui une adhésion à nos témoignages, notre pensée et notre propre science, n'est pas une simple appréciation subjective. La culture d'un réseau social ne peut, dans un état de développement inharmonieux, être violentée profondément par l'insertion de greffes étrangères sans un grand dérangement en son sein.

Ni notre philosophie, ni nos principes scientificotechniques, ni notre tissu social ne peuvent à ce stade historique de la Terre servir de modèles avant que vous dégagiez vos propres règles de civilisation. N'acceptez pas ce principe, à évaluer les avantages obtenus et à les comparer aux dommages provoqués, vous constaterez un rapport en faveur de ces derniers.

Le mirage d'une libération de l'humanité terrestre, des misères inhérentes à sa propre évolution, par des êtres d'origine galactique, peut déclencher chez vos frères des mécanismes émotionnels très difficiles à contrôler. Nous refusons cela systématiquement ; et notre attitude se cristallise sur ce point, bien plus si possible, en apportant les données objectives qui appuient totalement notre vérité ; en remettant les preuves absolues qui avalisent notre témoignage ; en clarifiant les concepts qui apparaissent diffus dans nos écrits. De cette manière, nous évitons que l'information, éparpillée entre quelques OEMMII (HOMMES) de la Terre, atteigne un seuil de vraisemblance dangereux.

Nous ne pouvons de ce fait vous apporter les arguments qui serviraient à sanctionner positivement pour vous l'existence hypothétique de ces voyageurs originaires d'Ummo.

Nous ne pouvons du moins que féliciter ceux d'entre vous qui, malgré la lecture de nos rapports, ont conservé leur indépendance de jugement, observant face à nous une attitude critique juste et valable,

attaquant rationnellement notre propre version, après une exploration rationnelle analytique et systématique, quand celle-ci s'affronte aux théories aujourd'hui en vigueur sur cet astre solide.

Bien que nous émeuve aussi, et engendre en nous une affection irrépressible envers ces quelques-uns de vos frères qui, guidés plus par leurs sentiments très nobles que par un processus de rationalisation logique, se sont vus impérieusement appelés à nous admirer en essayant même d'assimiler autant que possible nos idées. Pour que cela ne soit pas trop douloureux, nous nous voyons obligés de combattre, avec une dissuasion douce, leur comportement erroné.

Il existe sur Terre des idéaux substitutifs aux nôtres que vous pouvez épouser sans crainte et avec une espérance solide. Une autre ligne d'adhésion vous submergerait dans un labyrinthe angoissant, pour enfin vous briser contre un miroir qui reflète avec des éclats trompeurs l'image d'une Utopie.              Voyez, vous frères de la Terre, nos conseils tels que :
L'ÉLABORATION D'UNE ÉPISTÉMOLOGIE PLUS OBJECTIVE, L'ACCEPTATION D'UNE CONDUITE ILLUMINÉE PAR UNE MORALE SOCIALE ÉLEVÉE, LE REFUS DES FACTEURS QUI INHIBENT LE PROGRÈS IDÉOLOGIQUE ET SCIENTIFIQUE. L'ÉTUDE APPROFONDIE DE VOTRE CADRE ÉCOBIOLOGIQUE SOCIAL EN PRIORITÉ SUR D'AUTRES RECHERCHES, LA DÉFENSE DE LA JUSTICE SOCIALE BIEN AU DELÀ DES PRINCIPES D'ORDRE, L'ADHÉSION COURAGEUSE À UNE CAUSE QUE LA CONSCIENCE DES IDÉAUX DE CHAQUE HOMME SIGNALE COMME LA PLUS CAPABLE DE SATISFAIRE LES IDÉAUX D'UN RÉSEAU SOCIAL LIBÉRÉ DE L'OPPRESSION D'UNE MINORITÉ SUR LES JUSTES INTÉRÊTS DES AUTRES, L'ACCEPTATION D'UNE TÉLÉOLOGIE QUI POSTULE UN PRINCIPE DE CAUSALITÉ DANS LE COSMOS ; LE RESPECT PROFOND ENVERS LES CONCEPTIONS MENTALES DES AUTRES OEMMII BIEN QUE JUGÉES ÉQUIVOQUES.....
Vous pourrez les respecter si vous désirez une vraie évolution de la biosphère terrestre. Mais certains de vos frères de la Terre, d'une honnêteté sublime et d'une intelligence éminente, ont déjà formulé de telles exhortations. Nous nous limitons à signaler leur concordance avec notre pensée.

Ce préambule peut vous induire à penser que nous tentons de faire pression pour qu'on ne fasse pas de recherches sur nous ou bien pourrait faire suspecter que nous vous invitons à ne pas partager nos idées et à vous conseiller une grande réserve, constituant une pression subtile et rusée - pour vous inciter - pour que vous vous appliquiez encore plus à vous immerger en nous. De cette manière vous conclurez que notre conduite discrète n'est pas plus qu'un astucieux stratagème étudié psychologiquement pour gagner des adeptes suggestionnés par l'ésotérisme et le mystère.

Nous ne pouvons empêcher que vous acceptiez ce sophisme injuste et amer pour nous. Mais penser qu'il en fut ainsi, les faits à eux seuls démentent ce postulat. Depuis que la nouvelle s'est répandue, nous avons restreint nos contacts. N'importe lequel d'entre vous qui se

fatigue à réaliser une étude, même superficielle, ne pourra prouver que nous avons créé quelque groupe de coreligionnaires et encore moins une opinion des masses, mais bien que nous avons jugulé précisément avec fermeté quelque tentative en ce sens, en faisant attention que ces différents hommes de la Terre dispersés dans de petits pays ne se connaissent pas entre eux. Précisément ce pays : ESPAGNE constitue une exception due aux circonstances connues de vous, mais vous mêmes êtes témoins que notre flux informatif a été s'affaiblissant précisément en proportion inverse de l'alarmante diffusion de ces rapports.

On ne peut soutenir sérieusement que nous essayons de capter des "adeptes" parmi les OEMII de la TERRE, mais naturellement vous êtes libres de penser et d'agir comme vous voulez. Personne ne peut nous accuser d'avoir gravement violé cette liberté sacrée pour nous. En somme, au cours de nos relations nous avons formulé des prières qui naturellement ne vous compromettent pas face à votre conscience ou aux législations respectives de vos pays.
Mais si libres que vous soyez d'agir en raison de notre présence parmi vous : la liberté vous autorise à utiliser nos rapports de n'importe quelle manière pour réaliser des sondages et recherches, même pour nous attaquer, et nous sommes libres d'utiliser notre propre droit d'autodéfense, nous enveloppant dans un rideau de fumée, suspendant tout signal qui nous identifie, annulant les envois postaux comme nous l'avons déjà fait pour nos conversations téléphoniques depuis quelque temps après un incident dont fut le protagoniste un de mes frères aux États-Unis d'Amérique du nord.

C'est le seul équilibre valide et éthique dans nos relations propres avec les hommes de la Terre, faute, pour l'instant, d'un impossible instrument qui régularise officiellement une alliance mutuelle. Inutile de vous indiquer la simplicité des procédés que nous choisirons pour, en cas de péril, convaincre toute l'humanité de la Terre que notre existence parmi ses habitants est une imposture. Toutes les lettres d'informations que nous avons écrites ont été soigneusement étudiées en fonction d'une telle urgence. Si nous nous sommes vus obligés d'introduire des éléments de doute ce n'est pas pour vous tromper. Nous pouvons vous assurer que l'ensemble global de l'information à vous accessible est authentique et pure - sans présumer de la possibilité future que nous nous voyions obligés d'introduire un confusionnisme licite qui neutralise toute intention sérieuse de faire prendre sérieusement conscience à l'échelle macrosociale que nous nous trouvons dans votre biosphère.

HOMMES DE LA TERRE : Nous aimerions, une fois pour toutes, que vous soyez conscients de notre véritable objectif. Nous avons remis à quelques-uns de vos frères d'esprit très ouvert, répartis dans différents pays pour qu'ils les conservent comme PREUVE future inéquivoque de notre séjour en voyage d'exploration et d'analyse de cette planète. Les destinataires doivent se convaincre qu'ils sont de simples gardiens choisis au hasard parmi les personnes prédisposées à respecter ces rapports qui extraient quelques aspects de notre culture.

Mais cela ne les autorise pas à propager nos principes comme des substituts ni comme des compléments à ceux qui règnent parmi les Terrestres. Vous êtes obligés de suivre fidèlement votre propre évolution, de respecter vos lois aborigènes ; et même dans le cas où se poserait le pénible dilemme d'avoir à choisir en cas de conflit entre vos propres coterriens et nous, êtres étrangers à la corticosphère de l'astre solidifié Terre, vous devez sans hésiter un instant être fidèles aux vôtres. Nous disposons largement de moyens dissuasifs non sanglants pour nous défendre de vos injustes attaques mais nous ne tolérerons jamais l'infamie pour un seul homme de la Terre de devenir traître à ceux qui l'ont engendré.

Pardonnez-nous amis, si nous insistons en réitérant dans ces termes que nos relations mutuelles sont fondamentales :

Nous avons pris contact avec quelques hommes de la Terre, conscients de pouvoir passer inaperçus en nous mêlant à vous dans un programme destiné à envoyer à notre planète mère Ummo d'amples informations sur les aspects géologiques, biologiques, astronomiques et socio humains de cet astre solide. Ces hommes de la planète visitée ne seront pas troublés dans leur processus évolutif et cela, non pas par un concession gracieuse de notre part, mais en vertu des lois morales universelles que nous ne désirons pas transgresser. Ils sont libres de faire un usage arbitraire de ces rapports mais ils ont à suivre nos conseils à ce sujet. Ils sont libres de les garder secrets ou de projeter une persécution implacable contre nous, s'ils nous jugent équivoquement constituer un danger.
Mais, si en vue de se convertir en prudents et passifs dépositaires, ils accèdent à une quelconque conduite qui puisse transcender au niveau macrosocial le reste du réseau socio humain terrestre, l'alliance tacite que de notre propre initiative nous avons tendue entre vous et mes frères sera rompue. Le silence et l'hermétisme ont remplacé ces fuites informatives soigneuses et nous compléterons une telle mesure en injectant dans les milieux de la Terre des doses suffisantes d'information perturbatrice, pour que tout le reste de la documentation rétrospectivement accumulée apparaisse aux yeux des techniciens et des profanes comme manquant de valeur probatoire, la dépréciant en somme.

Ceci est notre vraie position, que nous savons sincère. Si vous préférez croire qu'à travers elle se cachent d'obscurs desseins, de ténébreux plans d'un hypothétique groupe dont les objectifs finals seraient immoraux et dont l'origine pourrait être terrestre ou extraterrestre, vous êtes naturellement libres de le faire. De ce point de vue, il nous est impossible de vous en dissuader sans léser notre propre et légitime défense. Si vous estimez devoir harceler les gouvernements de la Terre parce que nous constituerions un risque sérieux -quelqu'un l'a déjà fait avec une grande dose d'ingénuité- faîtes le avec une totale tranquillité de conscience. Pour notre part nous sommes sûrs que pas une seule preuve ne pourra montrer que nous ayons fait quelque dommage à nos nobles hôtes de la Terre.