D 468
T25-33/34 
JP
Mel: 13:04:04
Corr: 23/05/04
Titre de la lettre:

Les Ummologues ne sont pas parano...

Date :
"Reçue le 4-10-88 à 20 heures" [manuscrit, ndT]
Destinataires :
Mr Barrenechea Aberasturi pour destinataires multiples
Notes :


 

Chers amis :

Barrenechea Aberasturi, Farriols Calvo, Dominguez Montes, Martinez Andres, Hiltrud Nordlin, Borras Gabarro, Garrido Buendia, Moreno Cabrera, Villagrasa Novoa, Javier Muela Quesada, José Maria Pilon, Jimenez Marhuenda, Alfredo Lara, Antonio Albaladejo, Julian Lopez Lerma, Antonio Ribera Jorda.

A tous les OEMMII cités dans cette lettre, je vous prie Mr Barrenechea Aberasturi, de faire parvenir cette lettre en y joignant la circulaire qui l'accompagne. Tout le contenu de l'enveloppe ensemble, je vous prie de l'envoyer en URGENCE.

La circulaire jointe sera remise directement photocopiée. Vous devrez copier la lettre que vous lisez avec une machine différente. La présence du cachet n'est pas indispensable.

Vous avez intérêt à vous réunir de toute urgence dans votre domicile. Concrètement dans le Sous-sol ou au domicile de votre Frère monsieur Lara Guitard - Calle Goya 99 -2° Droite. Quelques huit OEMMII comme minimum parmi ceux qui sont dans la liste du début.

A travers les appels téléphoniques nous avons informé de l'attaque directe au prestige des composants du groupe diffusée par différents de vos frères de votre pays Espagne [Très probablement l'article de Carlos Berché dans Cuadernos de Ufologia de septembre 1988, ndT ]. L'attaque manque de valeur probatoire et de transcendance pour notre cause, d'un autre côté ils ne vous accusent pas de violation de la législation en vigueur. Néanmoins vous devenez des victimes de nous ce qui produit chez nous une profonde amertume.

Nous vous prévenons de façon réitérée jusqu'à la fatigue que vous ne fassiez pas de publicité aux écrits en forme de rapports que nous vous envoyons. Il ne nous sera pas possible de vous forcer à garder le silence à cause du sens du respect mutuel et de l'indépendance que nous avons ressenti envers vous. Vous avez vu que nous avons été prévoyants devant cette émergence et que nous nous sentons impuissants pour vous forcer au silence.

A la fin s'est levé le bandeau que nous craignions. Mais nous contemplons avec tristesse la diffusion qu'ont réalisé monsieur Ribera et monsieur Aguirre. D'accord qu'ils n'ont réalisé aucun acte immoral, mais les conséquences sont là. Vous n'avez pas été les uniques imprudents en diffusant les informations malgré la répugnance que nous ressentons. Aucun d'entre vous ne s'est montré prudent, et ce faisant vous causez un grave préjudice à vous-mêmes.

Cela nous cause de l'amertume d'observer que vous êtes l'objet d'une calomnie et qu'en réalité nous sommes coupables de celle-ci. Et que pourrions-nous faire à votre place ?  Vous rappelez-vous que nous vous avons paternellement menacés de suspendre tout contact si vous continuiez dans votre obstination ? C'est la raison qui nous a conduits à suspendre tout contact avec monsieur Ribera. Nous déclarons que nous éprouvons du respect pour son attitude critique envers nous et notre origine trouble et ignorée. Ayez ici un modèle d'objectivité équilibrée. Précisément celui qui fut accusé par vos frères de paranoïaque et de prudent et de distant par une partie d'entre vous. 

Maintenant que vous ne pouvez presque pas vous défendre; vos frères sans pitié l'attaquent dans un spectacle qui nous donne de véritables nausées. Pour cela nous lui pardonnons son infraction de s'être converti en propagateur de notre doctrine, forcé à écrire parce que c'était son unique soutien. Ce qu'il a fait sincèrement sans se laisser aller à la tentation de s'arroger ce qui n'était pas à lui. Ses frères doivent en "leur cœur" (on comprend parfaitement quelle est la zone cérébrale touchée) ressentir leur amour pour le vénérable écrivain.

Votre frère Sesma ne peut vous entendre à cause de son processus de reconversion mais il mérite un profond respect de notre part. Lui aussi a été une victime de leurs attaques. L'homme qui se sentait à la fin de sa vie amer et sceptique est mort sans laisser à peine une reconnaissance de son travail. Le Frère Sesma sera dans notre mémoire comme un exemple sublime de personne (OEMMII) différente de la planète ou Astre Froid que nous habitons, et intime. 

Maintenant écoutez attentivement notre conseil ;

Attendez, pour donner de la publicité à l'autre circulaire, le moment auquel vous vous verrez informés de la publication du rapport attaquant. Vous êtes libres de réaliser les copies du rapport circulaire cité à tous les nombreux spécialistes du rapport UMMO que vous considérez convenables. Seraient responsables de cette diffusion massive Monsieur Barrenechea ( JORGE) et Monsieur Aguirre ( JUAN).

Nous considérons comme prudent que vous contre-attaquiez. De plus nous laissons à votre propre critère de le faire. Evitez de donner une publicité excessive à notre affaire, d'ici là nous préférons votre silence.

Il est nécessaire de ménager l'énorme collection de rapports confidentiels qui sont entre vos mains. La pleine sincérité des dépositaires de ces documents est nécessaire. Vous déclarerez la vérité à toute personne qui s'occupera de s'enquérir de quelque nouvelle. La transcendance de ces documents conseille qu'ils soient conservés sous garde.

Nous vous exhortons instamment à ne pas croire notre version sur notre provenance. Votre attitude doit être inspirée par celle de votre Frère Sesma, le sujet vous intéresse parce qu'il contient des éléments de valeur qui sont étudiés avec attention. Cette attitude vous préserve immédiatement de vos attaques de paranoïa. C'est précisément l'information qui est qualifiée de secrète qui est celle qui vaut d'être étudiée.

Amis. Nous réitérons l'URGENCE et le SERIEUX que nous attribuons à l'envoi massif à toutes les personnes intéressées au sujet du rapport que nous vous joignons. Ne corrigez pas une lettre,          [un blanc, ndT] vous observerez dans celui-ci diverses erreurs que nous assumons parfaitement.

Adieu, amis;  à notre prochaine nouvelle ,attention

Note. Nous avons tâché de faire cette copie avec la meilleure fidélité, bien que nous ayons posé quelques accents qui n'étaient pas sur l'original.