D488
T26-13
Tradution: JP
Dernière Modification: 24/07/2016
pas d'original disponible
Titre de la lettre : Fraude sur le Saint Suaire
Date : 01/11/1988
Destinataires : Antonio Ribera - Darnaude - Gandul - etc...
Notes : 1 lettre, 1 page, Envoyée de AARBURG, Suisse, en anglais. Copie de Darnaude reçue le 7 novembre (les mentions manuscrites sur l'original sont en "rouge"). Vérification et traduction de J.P. et AJH le 26/11/2002.

UMMOAELEUEE
Copies : 237
Nationalité
Switzerland

1-XI-1988 (NdT: la date d'en-tête semble écrite (manuscrite) 3-XI-1988, néanmoins, cachet de la poste faisant foi, la date d'envoi est bien au 1-XI-1988)

Hommes de OYAAGA,

Permettez-nous de nous présenter : Depuis le 28 mars 1950, date à laquelle nous avons pris contact avec "la Terre", près De La Javie (France), nous sommes parmi vous. Nous savons avec certitude que cette déclaration nous disqualifie automatiquement. Oubliez cela et écoutez notre doléance.

Il a été commis une fraude, que nous voulons vous dénoncer, bien que nous n’ayons pas d’identité juridique. Une affaire qui est plus regrettable si l'on considère que certains membres de la hiérarchie apostolique romaine et la totalité des croyants de cette confession en sont innocents.

Après la copie compte rendu de Secundo Pia en 1898 (NdT: L'original contient "After the copy reported by Secundo Pia...". En fait il s'agit de photos faites par l'avocat italien Secundo Pia de ce qui est donc, d'après les ummites, le véritable sindon: "a copy", c'est la véritable idée: des photos sont des "copies" logiques. C'est notre mot qui restreint le sens de "copie". En fait une photo, un moulage, une sculpture, un dessin, une peinture sont tous des copies (ou voulues comme telles), plus ou moins fidèles. C'est tout sauf l'original. L'idée du mot employé par l'Ummite est de dire que ça rend compte et que ce n'est pas l'original. L'autre idée est exprimée par "reported" et nous n'avons pas de mot simple pour le traduire, car cela exprime qu'il a fait un "reportage" (photos sous plusieurs angles et se voulant exhaustives), qu'il a "rendu compte"), l’académicien Ives Delage (NdT: Il s'agit en fait d'Yves Delage mal orthographié dans l'original.) découvrit que les taches de sang du SINDON révélaient la triste vérité. Les empreintes saignaient encore après le lavage soigneux auquel le corps fut soumis. Jamais le linceul ne fut enveloppé de bandes (PHAKIAI) comme il était prescrit.
Commence alors une habile falsification lorsque quelqu’un trouve une pièce de lin (croisé de 4 en épi) manufacturé en 1220 (Jaffa) de plus grandes dimensions (NdT: probablement que le véritable sindon, soustrait (voir lettre D505), est plus petit.), coupée en 4,371 x 1,116. La falsification de l’empreinte fut obtenue en utilisant une effigie en moule de fer surchauffé. (Pie X, Benoît XV, Pie XI, Jean XXIII et Jean-Paul 1er ignoraient tout de l’affaire. Nous ne Savons pas si Pie XII fut informé par A.Ottaviani). Le change frauduleux de linceul eut lieu en l’an 1928 (Turin).

En 1985, Sa Sainteté le Pape Karol Wojtyla est discrètement informé grâce à une lettre codée du Cardinal Edward Cassidy, membre d’un petit groupe de Cardinaux et de prélats qui essayent désespérément d'empêcher l'arrivée de l’affaire à la lumière du public.

Avec une hâte maladroite, au cours d’une réunion, le Pape, Joseph Tomko, Joseph Ratzinger et Anastasio Ballestrero décident de profiter de la nouvelle technique spectrométrique A. de M. (NdT: A. de M. est l'abréviation de spectrométrie par Accélération des Masses, en français "spectrométrie de masse" : c'est une technique complémentaire de l'étude du C14. L'étude du C14 consiste à déduire l'âge par comparaison des teneurs de l'échantillon en C14 et C12 . La spectrométrie de masse est une technique qui permet de mesurer mieux, avec plus de précision, les deux isotopes dont les masses 12 et 14 sont différentes... et leur proportion dans l'échantillon). Le déjà nommé Ballestrero est chargé de soumettre les échantillons. Ils connaissaient trop bien le résultat de la datation médiévale du document archéologique si vénéré par toutes les communautés chrétiennes. Il n’y a pas d’erreur dans le rapport d’expertise des échantillons.

Le "Programme de Recherche sur le Suaire de Turin" (NdT: "Shroud of Turin Research Project" : Ce sont les scientifiques qui sont visés) est bien sûr innocent en dépit de sa mauvaise réaction. Et avec eux, sont également innocents les nombreux fidèles tristement trompés pour "Raisons d’Etat".