E44
Traduction collective de l'espagnol, finalisée par Jean Pollion et Alban Nanty
08/02/2014
Objet :
Photo de Alberto Borrás et de Rafael Farriols d'une inscription possiblement ummite sur un mur en ciment.
Date :
automne 1969

Alberto Borrás a écrit ce témoignage pour accompagner cette photo:

NdW: début du témoignage

En automne de 1969 je vivais à Madrid. Après avoir lu le livre de Ribera et Farriols, "Un Cas Parfait" (NdT: Ce livre est paru en traduction française sous le titre “Preuves de l’existence des soucoupes volantes”, aux Editions de Vecchi en 1975). j´ai profité de mes vacances pour rencontrer et parler plusieurs fois avec Rafaël, qui passait ses vacances dans une maison près d'Argentona, près de Barcelone.

De retour à Madrid, un samedi, je suis allé avec mes deux ainés sur la zone de San José de Valderas, que je connaissais bien depuis les airs parce que cette zone est dans la trajectoire d'approche pour atterrir sur l'aérodrome des "Quatre Vents", et ce château, sur son vaste terrain, était un bon point de repère (mais personnellement je n'y avais jamais mis les pieds). Une des choses qui m'ont plus étonné dans ce livre "Un Cas Parfait", est qu'en étant presque à côté de l'aérodrome, à quelque 2.6 km (NdT: en fait environ 3 km), dans cette plage horaire où il avait encore des vols, personne n'avait vu l'UEWA. Sachez que nous volions sans radio, et il fallait faire attention aux signaux lumineux de la tour de contrôle militaire pour pouvoir atterrir. Il n'y avait évidemment pas de radar sur cet aérodrome des Quatre Vents !

San Jose de Valderas se trouve dans le 210 / 220º (SW) de la tour, et le Soleil, à cette heure et à cette période se trouve dans le 280-290º (WNW) ; l'éblouissement ne pouvait donc en être l'excuse.

J'y allais avec l'intention de faire des photos d'un enjoliveur de voiture de Renault 4L, lancé en l'air et en le suivant, ce qui n'était pas facile. Une fois faites les tentatives de photos, mon attention a été attirée par une petite construction proche. Il n' y avait pas de porte, le plafond avait presque disparu et le sol était plein d'herbes et d'ordures. Elle était divisée en deux parties par une séparation à moitié démolie. Mon fils aîné, de 6 ans, s'est arrêté alors devant des lettres étranges sur la paroi, lettres que j´ai imaginées pouvant être oummaines, mais aussi tamazigh (berbère), et je les ai photographiées en noir et blanc (Leica 3G). Les lettres mesuraient environ 20 à 25 cm et ressortaient bien sur le mur noirci par les feux qui y avaient été allumés.

J'ai omis de prendre des photos de l´extérieur de cette maisonnette, mais je me souviens bien de sa situation, parce que quelques mois plus tard, de nuit, nous l´avons localisée avec Farriols et quelques autres du groupe, Barrenechea et Aguirre (je ne me rappelle pas s'il y avait aussi Villagrasa, mais vous pouvez le lui demander). C'était alors un terrain vague, bien que non loin des zones urbanisées, et il devait précédemment avoir servi de pâturage pour les moutons, ce pourquoi cette construction pouvait être un refuge de bergers, avec un encerclement de bois qui avait disparu. Actuellement, comme vous pouvez voir dans Google Earth, tout cela est construit autour d'un parc. Le château principal est en coordonnées décimales au 40,353303 et - 03,806571 , et l'aérodrome en 40,370619 et - 03,784923.

De mémoire, je suis sûr que la situation de la petite maison où j´ai trouvé l´inscription oumaine, est du côté Nord de la Route d’Estrémadure, une zone dépeuplée mais adéquate pour un atterissage discret et pour récupérer certaines personnes. C'est une zone qui, comme vous pouvez le voir dans Google Earth, est encore dépeuplée (et où était prévu le projet d'Eurovegas).

Je rappelle que depuis la route d'Estrémadure, j’ai obliqué à droite par la route de Boadilla del Monte, c'est maintenant la M 40, mais à l'époque c'était une route étroite, et depuis cet endroit, à gauche, j'ai suivi un chemin vicinal jusqu'à une zone dégagée où nous avons fait les photos de l'enjoliveur lancé en l'air par mon fils. Près de là il y avait le Restaurant La Ponderosa où sont allés les témoins.

En revoyant la zone dans Google Earth, qui a une assez bonne définition, aux coordonnées Lat 40, 382217º et Long – 3, 822332º, on peut voir les restes d'une construction avec un petit radeau ou abreuvoir, qui pouvait être le poste où j'ai trouvé l'inscription. Le lieu est à 2.3 km du début de la route de Boadilla, ce qui coïncide selon Farriols, avec la description des témoins, qui ont vu l'atterrissage du VED (NdW : Véhicule Extraterrestre Dirigé) entre les km 2 et 3. Comme il semble qu'à cet endroit il n´y a pas eu de changement, il est possible qu'il reste quelque chose du poste, du moins dans Google Earth on voit des restes. Je rappelle qu'il était relativement près de la route ; quand nous avons été avec Farriols et Jorge, il faisait presque nuit et cependant nous n'avons eu aucune difficulté pour le trouver.

Dans la carte jointe, j'indique la trajectoire du VED, selon le schéma de Farriols.

E44-Google-Map
E44-Google-Map

J'ai trouvé les négatifs des photos que nous avons faites de l'enjoliveur, mais dans le paysage on ne voit pas ce poste. Les photos ont été faites en direction Sud et depuis là on voit le château et un poste de haute tension, qui n´apparaît pas dans Google Earth. Probablement, en modernisant l'aérodrome, on a enlevé cette ligne parce que c'était un danger à 50 mètres sous les trajectoires de vol. De toute façon, même sans cette référence, j'ai l'impression que le lieu où j'ai fait les photos de l'enjoliveur est près des ruines qui sont vues dans Google Earth.

Le négatif du cliché avec l'inscription n´y était pas. Je crois que je l'ai donné à Rafaël (NdW: Farriols) pour qu'il re-tire un agrandissement maximal, parce que les photos qu'il avait faites avec le flash étaient pires. Je n'ai pas utilisé le flash, il y avait suffisamment de lumière naturelle. En revanche pour les photos de Farriols le flash était mis car il faisait presque nuit.

Il est logique que l'atterrissage du VED et l'embarquement de certains de leurs freres, se soient produits avant le "show" dans la zone de San José de Valderas. À 200 mètres de ces ruines, il y a deux lignes de pins, avec un espace de 30 mètres entre elles, suffisant pour se poser à l'abri d'observateurs. Le seul inconvénient est que cette zone reste près de la ligne de vol pour prendre la piste 10.

Je ne vois aucun inconvénient à divulguer la photo, même avec mon nom.

NdW: fin du témoignage
E44-Borras
E44-Borras

Une autre photo de la même inscription sur le mur a été réalisé par Rafael Farriols, la voici:

E44-Farriols
E44-Farriols

A titre informatif, voici la liste des caractères qui ont pu être identifiés dans le corpus de caractère ummite. Si vous en trouvez d'autres, merci de nous les signaler afin de compléter cette liste. Cependant, comme nous ne sommes pas sûr du sens d'orientation des photos, bien que le chiffre "107" en bas de l'image de Farriols puisse donner une indication, nous citons les caractères trouvés pour les deux orientations (les transcriptions de l'inscription dans la première ligne du tableau ont été réalisées par le webmaster et sont donc sujettes à interprétation).

Numéro du caractère dans l'inscription Références trouvées pour l'orientation choisie sur cette page
Références trouvées si la photo est retournée de 180°
1er Il se retrouve dans le troisième caractère de S43-6
et peut-être se retrouve-t-il tout à droite au dessus du signe d'égalité de S21-A-11
ou de S45-O
non repéré.
2ème Il se retrouve dans le deuxième caractère de S43-1 et S43-A-01
ainsi que dans le premier caractère de S50-B1-01
et en bas à droite de S84-B
Identique à S56-S11
3ème non repéré. non repéré.
4ème Il se retrouve dans le deuxième caractère de S26-A-R (rotation droite)
ainsi que dans le deuxième caractère de la deuxième ligne de S84-A
Il se retrouve dans le quatrième caractère de S26-A-L (rotation gauche)
5ème non repéré. non repéré.
6ème non repéré. Il se retrouve dans le deuxième caractère de S43-1 et S43-A-01
ainsi que dans le premier caractère de S50-B1-01
et en bas à droite de S84-B
7ème non repéré. Il se retrouve dans le cinquième caractère de S50-B1-02

Précédent | Suivant