D 55
T7 - 67/68
corr: avril 2004
II-I-73/74
Titre de la lettre:
Ummo suspends sa correspondance
Date :
1967
Destinataires :
Sesma
Notes :
1 lettre

UMMOALEWE
Langue Espagnol.
Nombre de copies:1

Monsieur Fernando Sesma Manzano

MADRID ESPAGNE

NOUS VOUS DEMANDONS DE CONSIDÉRER CE DOCUMENT SEMI-CONFIDENTIEL.

Monsieur:

Nous avons été les témoins acoustiques de vos dernières conférences. Nous avons pu vérifier avec une profonde tristesse que notre supplique dans le sens que les jours où vous parlez de notre Civilisation, nous vous avions demandé de ne pas mentionner les autres expériences respectables que vous avez eues, n'a pas été entièrement entendue.

Nous savons que les êtres humains terrestres sont volubiles et que dans vos actes il n'y a pas de mauvaise foi ni de désir de ne pas respecter vos anciennes promesses, mais plutôt un oubli et des lueurs d'instabilité spirituelle provoquées par un immense amour de ces expériences, ainsi qu'un désir compréhensible dans une structure mentale comme la vôtre pour une Civilisation aussi rationnelle que la nôtre.

Nous ne Vous le reprochons pas, Sesma, puisque grâce à cela votre bonne volonté envers nous demeure intacte. Nous respectons bien sûr vos points de vue concernant le fait que le Réseau Social Terrestre ne pourra adopter le modèle Social de UMMO. Critère que nous partageons en partie seulement.

La suspension des envois a été motivée par deux raisons: En premier lieu, tout le temps que vous continuerez à rompre le compromis maintenu avec nous de circonscrire dans vos réunions la discussion autour de UMMO, nous ne pouvons pas continuer à vous envoyer des documents. C'est une mesure de défense de non de vengeance car vous êtes libres d'orienter vos réunion selon vos critères. Et donc n'en concluez pas que nous sommes offensés par vos divergences. Vous pouvez reprendre les contacts avec nous quand vous le désirerez, nous vous demandons d'orienter votre temps avec discrimination. Il suffirait qu'à la fin de la réunion consacrée à UMMO, vous spécifiez clairement que la suite sera consacrée à une thématique différente. Si vous n'acceptez même pas cela, il est clair que la rupture avec nous ne sera pas provoquée par nous , mais que c'est vous qui ne voulez plus avoir de relations avec nous.

En second lieu, ces jours-ci se sont produits certains faits qui nous ont obligé à couper temporairement les contacts avec TOUS les correspondants d'EUROPE et d'AUSTRALIE.

De toutes façons, votre attitude avec nous est incompréhensible, vous pouvez être en désaccord avec les supposés sociologues, scientifiques ou Philosophes de vos amis, de vos bons amis, et continuer cependant à cultiver les liens spirituels qui vous unissent à eux, surtout quand ce qu'ils vous demandent en échange n'est pas une rupture avec vos propres idées , simplement une petite concession de caractère passif, concession qui vous a paru raisonnable et qui ne constitue aucun mystère et ne représente aucun préjudice à l'encombre de vos autres amis respectables.

Mais enfin; l'homme doit être libre de ses actes et nous ne désirons pas faire pression sur lui. Quelque soit votre décision, sachez que ces amis originaires d'un autre Astre lointain auront toujours pour vous le même respect et amour.

Ne considérez pas que le fait de vous indiquer que vous êtes l'un des rares OEMII que nous ayons trouvé sur cette Planète à aimer les véritables valeurs spirituelles, l'un des rares OEMII qui soit un fervent admirateur des êtres qui peuplent le Cosmos, représente une adulation envers vous.

Nous vous comprenons. En réalité vous aimeriez que l'image que nous vous avons donné de UMMO soit plus pure, plus mystérieuse, moins rationnelle, moins logique. Mais nous ne sommes pas responsables d'être ainsi. D'autre part vous devez rejeter ce faux argument que vous vous êtes forgé en imaginant que nous sommes un peuple privé de libertés, étroitement canalisé par des normes logiques très dures, tenaillés par les postulats d'une froide technique et exempts de la richesse chromatique que présente la Terre. Ce dernier point est vrai par rapport à la Terre mais pas tant que vous le croyez.

De toutes manières, nous sentons que nous vous avons blessé avec nos idées qui sont peut-être en totale contradiction avec les vôtres . Nous n'avons jamais voulu vous humilier.

Frère Sesma: Pouvons nous vous appeler ainsi ? Pour toujours ? Si vous désirez interrompre les contacts dites le lors de la réunion, s'il vous plaît. Nous comprendrons que vous êtes las de cette expérience. S'il n'en est pas ainsi, dès que nous aurons vérifié que les deux ou trois réunions suivantes concernent uniquement UMMO, nous continuerons notre série de rapports. Et ne craignez pas d'être en désaccord avec nos points de vue. Votre esprit d'indépendance nous plaît. Il ne nous gêne absolument pas.
(Ndt: il est probable que la suite de cette lettre soit la D24 - T7-74)