D73
T4-51 à 56
Note 1 : T4-57 à 60
Note 2 : T4-60,61
Tradution: ajh
Dernière Modification: 29/05/2016
Format vérifié et conforme à l'original (AN)
Titre de la lettre : Hypothèses explicatives de l'énigme d'Ummo.
Date : 27/03/1969
Destinataires : Monsieur Guerrero
Notes : 11 pages avec les notes.

Le billet de banque de la 4ème page ne fait pas partie de la lettre, puisqu'il a été envoyé à Sesma et pas à Guerrero, mais puisqu'il est référencé ici, on a décidé de l'inclure ici (en toute logique il faudrait créer une autre page avec une autre référence, mais on ne sait pas si ce billet a été inclu avec une lettre, ou s'il a été envoyé seul à Sesma, et on ne connait pas non plus sa date d'envoi).

Quand Sesma a perdu son intérêt dans l'affaire oummo, il a vendu toutes ses archives à Farriols à la fin des années 60. A la mort de Farriols, un autre oummologue espagnol que nous connaissons bien mais qui ne souhaite pas être nommé ici, a récupéré les archives de Farriols. Il a récemment fait une photo de ce billet et nous a autorisé à la publier, et il est bien sûr toujours en possession de ce billet (mais il n'a pas retrouvé dans les archives de Sesma, les morceaux de céramique cités dans cette lettre). Les bouts manquant du billet n'ont pas été utilisés ailleurs à notre connaissance.

UMMOAELEWE

Langue: ESPAGNOL
Nombre de copies : 1

Monsieur Enrique López Guerrero
MAIRENA DE ALCOR (Espagne)

Monsieur :

Nous avons suivi avec intérêt dans la presse espagnole durant ces derniers mois vos déclarations concernant nos frères en mission sur la planète TERRE.

Nous ne désirons pas vous alarmer en exposant les petits troubles que vos articles nous ont causés à la suite des premières informations parues dans l'édition d'ABC diffusée à Séville, ni sur les perturbations que la diffusion exagérée de votre témoignage peut encore provoquer. Appartenant à un groupe ecclésiastique de grand prestige en ESPAGNE, on pouvait s'attendre à l'énorme impact psychosocial de votre opinion.

Nous comprenons que vous ne vous sentiez pas lié à aucune obligation morale envers nous de garder une stricte réserve, puisque jusqu'à aujourd'hui vous n'avez pas reçu directement de demande de notre part dans ce sens. Que vous violez ou non d'autres engagements relatifs à vos frères qui vous informent, c'est une affaire sur laquel nous désirons garder un silence respectueux car nous ne devons pas nous immiscer dans la vie privée des OEMMIOYAGAA (c'est ainsi que nous vous nommons).

Nous soupçonnons quel degré de souffrance morale a supposé pour vous l'incompréhension de vos frères, ainsi que celle de vos supérieurs hiérarchiques, devant une réaction qui a pu être erroné ou généré par des motivations inconscientes mais qui répondait sur le plan conscient à une intentionnalité beaucoup plus pure. Nous vous supplions de nous pardonner pour avoir été la cause indirecte de cette situation.

Maintenant que les effets paraissent avoir diminué nous désirons vous écrire, non avec l'intention de vous convaincre, mais pour vous exposer notre jugement avec impartialité.

Nous nous rendons compte de l'enthousiasme avec lequel vous avez accueilli la nouvelle de notre existence. Il serait paradoxal que vous nous vous reprochions votre forte adhésion, mais en quelque sorte vous connaissiez déjà, grâce aux copies remises par vos correspondants, nos régles prudentes qui proscrivent toute tentative de notre part d'extérioriser, dangereusement pour vous, notre présence réelle sur TERRE.

Il était à prévoir que notre secret exagéré provoque des réactions diverses parmi vous. Des êtres qui, tout en vivant quotidiennement avec vous, se cachent sous des faux noms garantis par des faux passeports et des faux papiers, qui envoient de surprenantes feuilles dactylographiées à des personnalités de différentes nationalités, qui ont des entretiens téléphoniques prolongés sur des thèmes très hétérogènes et qui s'identifient comme voyageurs provenant d'une planète lointaine quant la science actuelle de la TERRE ne peut envisager sérieusement la possibilité de tels déplacements, n'auraient t'ils pas d'autres intentions plus ou moins immorales ?

Il est donc inévitable que prolifèrent les hypothèses de différentes tendances relatives aux raisons qu'un "groupe d'hommes" peut avoir pour agir de cette singulière manière (en note jointe, nous vous résumons quelques-unes des ingénieuses interprétations que nous avons pu glaner chez vos frères).

Nous nous sentons coupables d'avoir créé ces confusions entre vous mais il est impossible d'éviter de telles spéculations avec des faits si rare et en conflits avec les postulats logiques en vigueur sur TERRE.

C'est pourquoi, Monsieur López Guerrero, nous désirons au moins vous éclairer sur certains aspects de notre séjour en Espagne et de notre conduite actuelle, comme mes frères dans d'autres pays de la TERRE le font en ce moment pour clarifier un peu la psycho-ambiance créée parmi les minorités informées.

Il n'y a pas de raison de vous cacher quoi que ce soit de ce que nous faisons actuellement. Nous omettons seulement ce qui pourrait servir à nous localiser et à apporter des preuves définitives de notre existence. Dans ce bref résumé historique nous nous circonscrivons à la zone Espagne et Portugal ainsi qu'à vos frères dont l'identité vous est familière ou à vos frères amis de Séville, Barcelone et Madrid.

NOS ACTIVITÉS EN ESPAGNE.

Notre première résidence en Espagne fut choisie dans une agglomération tranquille, Albacète. Une dame, amoureuse des animaux, donna asile à mes deux frères, qui purent durant leur enfermement nécessaire, réaliser les premières expériences psychophysiologiques avec des mammifères de la TERRE, jusqu'à ce que certaines rumeurs surgies chez les habitants voisins rendent le transfert conseillé.

Avec un autre frère venant d'Australie ils fixèrent leur résidence à Barcelone où eu lieu le premier contact avec déclaration exprimée de notre identité auprès d'un intellectuel espagnol qui, bien qu'il ait refusé notre témoignage, est jusqu'à présent resté fidèle à sa promesse.

Bilbao et Madrid furent les centres d'activités suivants. Musées, hémérothèques, églises, bibliothèques, archives et centres officiels constituèrent les plus importants objectifs d'étude.

La première relation avec des OEMMI espagnols, amateurs, intéressés, chercheurs dans le domaine des hypothétiques relations extraterrestres eut lieu. Ceci supposait le contrôle d'une énorme masse d'imprimés. Jusqu'alors les peu nombreuses tentatives de se mettre en rapport avec vous étaient circonscrites à quelques intellectuels d'Espagne qui n'étaient pas familiarisés avec ces thèmes. Seul un professeur d'Université parut prêter une certaine attention quand nous lui avons offert des preuves objectives de notre séjour. Les relations avec lui se prolongèrent jusqu'en juin 1967.

L'intérêt porté aux hommes étudiant les UFO, OVNI ou VED, n'obéissait pas seulement à des raisons de caractère émotif ou d'harmonie spirituelle. Peu après notre première arrivée en France, nous avons pu nous apercevoir qu'OYAAGAA faisait l'expérience d'une réelle augmentation de témoignages visuels de nefs lenticulaires vulgairement dénommés "soucoupes volantes".

En éliminant le pourcentage élevé d'erreurs, de fabulations, d'illusions d'optique et d'exagérations des média, il est était indubitable qu'à part nous-mêmes vous étiez l'objet de prospection et d'études par d'autres civilisations galactiques d'identité inconnue de mes frères que de vous. Plus tard nous avons confirmé cette assertion en détectant dans l'espace circumterrestre quelques OAWOLEA UEWA.

Nous pouvions penser que leur conduite pourrait - dans certains cas - être assimilée à la nôtre, en osant se poser et mélanger leurs OEMMI avec les hommes de

la TERRE dans le cas où leur structure anatomique, comme pour nous, ne présentait pas de traits dangereusement différents.

Selon cette supposition, l'unique possibilité d'établir des contacts avec eux se basait sur l'hypothèse que les intermédiaires les plus probables seraient :

Les hommes de science et humaniste de la TERRE.
Les autorités religieuses.
Les personnes intéressées dans le phénomène OVNI.
Les départements gouvernementaux.

L'espérance mathématique d'arriver par ces moyens à une quelconque relation était très faible, surtout en admettant ingénument que vous acceptiez consciemment de servir de lien. Mais nous n'écartions pas la possibilité d'utiliser quelque subterfuge psychologique qui nous permette de vous utiliser comme lien inconscient et inoffensif pour que nous entrions en contact avec eux.

Deux cas confirmèrent notre intuition. Aux états-Unis d'Amérique du Nord, le récit bibliographié d'un atterrissage d'un Flying Saucer révéla à mes frères en mission là-bas des faits très précieux qui servirent à démontrer que nous n'étions pas dans l'erreur. Malgré tout, quand nous tentâmes de les localiser ils avaient évacué le pays.

La seconde découverte fut faite par mes frères de Madrid à la fin de l'année 1965. Une modeste publication dénommée "Diez Minutos" insérait périodiquement une section intitulée "les extraterrestres parlent" signée par un espagnol : Fernando Sesma.

Le contenu des écrits nous parut d'un faible intérêt intellectuel, plein de redites et de plagiats d'idées aberrantes, et de fantaisies ésotériques et magiques. Il se révélait en l'auteur un homme crédule, avec une certaine formation humaniste et un quasi nul niveau scientifique.

Dans le contexte apparaissait, de temps en temps, de curieux messages "symboliques" que l'auteur attribuait à des communicants extraterrestres. Leur analyse ne nous révéla au début rien qui démontrait une telle origine.

Mais l'étonnement de mes frères atteignit son paroxysme quand, en soumettant l'un d'eux à notre unité d'analyse, nous découvrîmes un contenu crypté insolite. Il ne s'agissait pas d'un système de chiffrage compliqué. Simplement les mots en espagnol avec des nombres de lettres paires s'assimilaient au chiffre zéro et les impairs au chiffre un.

La probabilité qu'une version de ce type fut significative dans un code seulement connue par des réseaux sociaux de haut niveau culturel et technique était proche de zéro. Il était pratiquement impossible que l'auteur des articles ait inventé ce message. Nous pouvons assurer qu'aucun homme de la TERRE ne peut, en l'état actuel, en connaître le sens.

Le message codé était cependant incomplet. Nous analysâmes avidement les écrits successifs. Notre étude fut perturbée par la possibilité que les originaux fussent altérés par l'auteur ou par inadvertance par le linotypiste.

Mes frères décidèrent même d'intervenir secrètement dans la correspondance de Fernando Sesma (nous supplions ce frère de nous excuser pour la violation de son

intimité). Il ne fut pas nécessaire d'attendre longtemps. Un second message attribué à une entité dénommée "Saliano" intégrait le reste de l'information chiffrée (le contenu littéral manquait d'intérêt pour nous et nous inclinions à juger que son apparent symbolisme était une excuse futile).

À ce moment-là nous avions établi un contact avec Monsieur Fernando Sesma par téléphone. Un simple "test" nous confirma de sa vraie bonne foi et de sa faible crédulité non exempte cependant d'esprit critique. Nous lui remîmes un billet de banque avec un anagramme et un fragment de céramique émaillée sur lequel nous avions tracé des graphismes à côté de notre insigne.


(S73-B) (NdW: Ce billet de banque ne fait pas partie de la lettre, puisqu'il a été envoyé à Sesma et pas à Guerrero, mais puisqu'il est référencé ici, on a décidé de l'inclure ici. Lire le cartouche de cette lettre pour plus de détails concernant l'histoire de ce billet)

Ses réactions firent apparaître assez de lumière sur sa personnalité. Il finit par s'ouvrir à mes frères qui lui remirent périodiquement des rapports sur notre culture, rédigés dans un style compréhensible pour lui et ses amis.

Le chef de notre expédition était alors une de nos jeunes soeurs, qui autorisa progressivement cinq expériences de contacts, de caractère microsocial, avec les hommes de la TERRE.

Furent sélectionnés les pays d'Espagne, du Canada, d'Australie et deux autres nations pour lesquelles nous préférons omettre le nom car le processus est en cours.

Nous devons à la gentillesse de votre frère Fernando Sesma la possibilité que ce test psychosocial ait pu être réalisé. Il dirigeait dans le sous-sol d'un établissement de Madrid un salon d'intellectuel pour des hommes et des femmes passionnés par les thèmes transcendants en relation avec les UFO.

Monsieur Fernando Sesma avait sollicité un témoignage objectif de notre identité. Par l'intermédiaire d'un messager nous lui remîmes un exemplaire de preuve d'un de nos simples procédé d'UULAYA NAI (voir note 2)

C'est ainsi que commença une de nos plus intéressantes expériences pour déterminer comment réagirait un petit groupe de OEMII-TERRE face à la nouvelle de notre existence.

L'échantillon microsocial espagnol accueillit plus froidement que les Canadiens les témoignages écrits que nous leur remettions. Des conditions, comme celles des précédentes réunions et le prestige mis à mal de F.S.M. (NdT: Fernando Sesma Manzano), conduirent les auditeurs vers plus de scepticisme. Ceci confirma à mes frères que le danger d'être cru et accepté, dans le cas où nos relations s'ouvriraient encore plus, était minime.

Nous pouvions opérer impunément en communiquant avec vous, sans fausser notre témoignage. à l'époque nous avions obtenu bien d'autres informations à propos du comportement social des espagnols.

Cette expérience fut stoppée par l'évacuation de tous mes frères sur OYAGAA en juin 1967.

Parallèlement nos recherches concernant l'identité de l'étrange correspondant de F.S.M. nous permirent d'arriver aux six conclusions que je vous expose, en en omettant deux de caractère secret.

Qu'en effet F.S.M à réussi à établir un contact sur OYAGAA avec des OEMII étrangers sous pseudonyme de Saliano.

Qu'abusant de la bonne foi de F.S.M., d'autres de ses frères s'approprièrent pendant un temps (à certains moments) le dit pseudonyme,

en lui envoyant de faux messages qui créèrent une confusion facile à deviner.

Que les OEMII hétéroplanétaires en relations avec votre frère Sesma réalisèrent sur des hommes de la TERRE des expériences psychologiques très dangereuse pour vous, en provoquant des effets pathologiques de diagnostic étiologique difficile.

Que nous doutons que le codage déchiffré par hasard ait été adressé à l'attention de Monsieur Sesma et encore moins à la nôtre. Nos tentatives pour communiquer avec eux furent repoussées.

Quelques avertissements à votre frère F. Sesma sur les risques que de tels contacts impliquaient ne furent pas sérieusement acceptés. Ceci est doublement douloureux car cet homme honorable est simple, intelligent, aimant la nature et totalement ouvert à de nouvelles expériences spirituelles. Sa noble attitude l'a transformé en victime de ses frères et en objet d'expérimentation de quelques êtres dont la pureté des intentions n'est pas du tout claire pour nous.

évidemment nous rejetons totalement l'existence réelle de toute cette série de supposées planètes décrites par les informateurs de Sesma Manzano (AUCO, NIQUIVIL, etc..).

Les méthodes d'étude primitives ont considérablement changés à notre retour sur TERRE, en initiant une nouvelle phase d'analyse. Les pays Africains, Sud-Américains et du Moyen-Orient ont été choisis comme nouveaux objectifs pour mes frères spécialistes. En considérant les nations du Nord de l'Amérique, de l'Europe occidentale (inclus l'Espagne), l'Union Soviétique et l'Australie comme objectifs à liquider.

Notre hiérarchie actuelle a limité les communications postales et presque complètement supprimé les dialogues téléphoniques après un incident aux États-Unis qui a été sur le point de provoquer la découverte de notre technique d'interconnexion.

Quelques-uns de vos frères même, des anciens habitués du café où avait lieu les célèbres réunions expérimentales et dont vous connaissez d'identité, Monsieur López Guerrero, révélèrent à leur tour le contenu de vos informations aux chercheurs de Barcelone. Lentement l'opinion publique a été peu à peu informée par des infiltrations inévitables. Nous désirons néanmoins faire l'éloge de la prudence de vos frères Garrido, Ribera et Villagrasa.

Nous ne désirons pas que vous tentiez d'attaquer les gens qui étudient, qui durant ces mois se montrèrent réticents nous concernant, puisqu'ils constituent une précieuse compensation aux nouvelles positives que vous avez divulgué en vous laissant porter par un enthousiasme justifié.

Nous vous supplions aussi de faire parvenir à nos bons amis, vos frères Farriols Calvo et Jordan Pena, le souhait qu'ils modèrent leur compréhensible zèle investigateur nous concernant.

Sans doute la recherche et l'analyse de cette étrange série de faits en relation avec nous doit être passionnante pour vous mais en bonne logique cette ardeur investigatrice est inconséquente par rapport à une quelconque des deux suppositions possibles, puisque :

a) Si toute cette affaire de notre planète était frauduleuse ou explicable par l'une quelconque des hypothèses posées dans (la note 1) nous ne croyons pas que cela vaut la peine de réaliser une investigation et encore moins avec

les moyens limités dont vous disposez. En tout cas cette analyse est de la compétence des autorités et jamais d'un "amateur".

b) Si comme nous l'affirmons effectivement nous venons d'UMMO et que vous vous dites nos amis, cessez toute investigation qui contribuerait même à divulguer encore plus la croyance en notre existence, chose que nous ne souhaitons pas.

Nous comprenons que de multiples questions naissent dans vos esprits. Ce serait absurde d'inhiber la soif d'interrogation qui nécessairement se pose à vous devant une expérience aussi surprenante.

Nous avons souffert de la demande téléphonique faite à votre frère F. Donis, après tant d'illusions mises dans cette série de questions que vous désiriez nous poser.

Ce n'est pas que nous désirions autour de nous précisément une auréole de mystère. Si cela dépendait de nous, ne croyez-vous pas que nous transfèrerions nos connaissances à tout le monde avec magnanimité ?

Ne rendez pas plus difficile notre relation amicale en nous demandant ce que, pour des raisons d'intérêt mutuel, nous ne devons pas vous donner.

Ce n'est pas le moment de publier ce document. Dans un futur proche de telles précautions pourront être omises. Et nous vous avertirons du moment opportun.

Notre plus profonde expression de respects Monsieur Lopez Guerrero. Considérez cette lettre comme un nouveau salut à vos frères que nous n'oublions pas.

Note 1

- Durant ces dernières années nous avons pu relever de multiples versions au sujet de notre possible identité.

Les opinions exprimées sont issues:

De conversations téléphoniques avec vos frères correspondants.

Des commentaires apparus dans la presse, revue et bulletins spécialisés.

De commentaires oraux captés par nos propres systèmes.

Nous avons respecté autant que possible le contenu original, même dans leur version idiomatique primitive. Quelques-unes des interprétations ont été souvent prodiguées avec de légères variations. Dans ce cas nous relevons la plus représentative. Les jugements exprimés proviennent de frères dont les nationalités sont :

États-Unis d'Amérique du Nord
France
Australie
Suisse
Canada
Espagne
Angleterre
Yougoslavie
Argentine

Nous avons seulement censuré ceux qui peuvent être identifié du fait de leurs opinions.

OPINIONS
(NdW: Ce texte est écrit en manuscrit, d'une main manifestment oummaine)

...Une convention internationale des organisations de recherche d'UFO pour rehausser le prestige de leur point de vue devant l'opinion publique...

Il n'y a pas de doute qu'OUMMO(NdW: Notez que cette écriture française du mot UMMO dans un texte espagnol est surprenante, pourtant ceci est bien conforme à la lettre original. Il est toutefois possible d'imaginer que cette citation provient en fait d'un réseau français, et que le terme OUMMO n'a pas été transposé en espagnol en UMMO lors de la traduction de cette citation en espagnol) renferme sa véritable signification dans une association d'intellectuels qui tentent d'inquiéter d'autres collègues avec un sens subtil de l'humour ou peut-être de s'imposer à eux en utilisant une méthode ne manquant sans aucun doute d'originalité.

... et ne pourrions-nous penser que ce soit un groupe de scientifiques qui tentent d'explorer l'impact social de leurs découvertes avant de les projeter vers la société... ?

... je continue à croire, comme je te le disais dans ma dernière lettre, que ce sont les mêmes autorités de la principauté (se réfère à Monaco) qui utilisent un récit de science-fiction avec le but d'augmenter dans le futur le flux touristique (version de l'un de nos correspondants après avoir reçu une lettre depuis Monte-Carlo).

... Il pourrait s'agir de la société Théosophique. Ils ont été spécialistes en talentueux subterfuges pour faire du prosélytisme. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi ils n'ont pas choisi une étoile plus proche pour rendre plus crédible leur affirmation. Alpha Centauri par exemple...

... Je vois une autre possibilité dans un de nos partis (NdT: comprendre "partis politiques"). Il peut résulter effectivement pour quelques politiciens qu'une utopie extraterrestre puisse servir de véhicule à certaines idées si nous nous en tenons au prestige que ces fictions représenteraient pour des esprits simples.

... Ummo peut "to mask" (NdW: le mot anglais est écrit tel quel dans l'original. Le sens est cependant facilement traduisible en français: "Oummo peut dissimuler une organisation de psychologues")une organisation de psychologues de caractère international - peut-être seulement d'anglais - qui sont en train de réaliser une grande enquête par un test, matérialisé dans ce récit inspiré de la "Guerre des Mondes".

... L'accent de celui qui parlait (il fait référence à l'un de mes frères) était Yankee. Ne serait-ce pas une commission nommée par le Pentagone pour imaginer un beau roman basé sur une supposée planète, en le cautionnant par des riches témoignages et en polarisant l'opinion publique vers des sujets qui ne rappellent pas la tragédie du Vietnam ?

- Que pensez-vous de ce rapport qui dit provenir d'UMMO ?
- Qu'il nécessite de l'intelligence et de l'argent. Parfois j'ai pensé que ce serait un truc de la CIA nord-américaine.
- Dans quel objectif ?
- Avec celui de convaincre et ensuite de faire la lumière sur une fraude en discréditant les chercheurs crédules.

... requiert beaucoup de temps et d'importants moyens économiques. Ceci ne peut être réalisé que par le ministère de ......... Les buts... ? Et qui donc connaît les buts des chancelleries... ?

... Je pense que vous m'appelez parce que j'appartiens à une commission patronnée par l'UNESCO pour sonder l'opinion publique concernant le mythe des UFO.

C'est parfaitement clair : Une habile manoeuvre du gouvernement soviétique pour orienter l'opinion publique occidentale vers des thèmes extraterrestres, en dépréciant ainsi la science et la culture des pays capitalistes...

... Et je crains que sous le pseudonyme d'OOMO (NdW: Même remarque que ci-dessus, cette fois-ci on a une écriture de UMMO en phonétique anglaise. Peut-être une citation provenant d'un texte anglais ?) se cache un gouvernement mondial secret formé de "super cerveaux" et qu'il essaye de préparer les citoyens des différents pays, par des messages qui cachent leurs véritables intentions.

Bien. Pourquoi ne serait-ce pas la CIA nord-américaine camouflant les expériences de son gouvernement. Expérience de vaisseau ou avion secret ; en amenant à penser le grand public et les témoins de ces vols, afin qu'ils croient qu'il s'agit d'UFO de provenance extraterrestres... ?

Pardonnez-moi si je vous dis ce que je pense de vous. Vous me direz au final si j'ai raison ou non. C'est sûrement une firme industrielle qui est en train de développer une grande campagne publicitaire internationale. Ensuite quand le nom commercial de cette planète aura été divulguée, et ils se feront connaître...

- ... Et si ce n'était pas le gouvernement canadien ?
- Si ce n'était pas le gouvernement canadien il pourrait s'agir de journalistes intelligents qui, conseillés par des scientifiques, prétendent développer une série sensationnelle d'article, en se fondant sur une rumeur qu'ils ont préalablement créée.

Bien. Cela peut aussi être une organisation d'espionnage. Le 2ème bureau par

exemple ou la mafia ou un réseau clandestin de trafic d'or ou de drogue.

... Un ami me fait remarquer la possibilité que ce groupe allemand qui se fait passer pour des extraterrestres de l'astre UMMO opèrerait à proximité de la Sierra Tahua (Bolivie) puisque le rapport provenait de ....... donc ni dans le Rosario, ni dans un autre lieu de l'Argentine à ce que nous savons....
Des intentions ? Ha ! Et quelles intentions pouvons-nous leur attribuer ? Tout ceci leur coûte beaucoup d'argent. Et s'ils souhaitent capter de nouveaux partisans pour leur néonazisme... ?

Je suis sûr que vous, vous avez un rapport avec "Planète". (NdW: Il s'agit du nom d'un livre écrit par Jacques Bergier) Ces choses peuvent seulement être du fait de Bergier et Michel...

 

Nous terminons pour ne pas rendre interminable cette relation, en incluant d'autres interprétations avec lesquelles on a voulu nous identifier :
Une série d'universitaires blagueurs.
Un groupe de lamas tibétain.
Des sectes spirites allemandes.
Les Rosicruciens ou des groupes sectaires similaires.
Les communistes de la République Populaire de Chine. Le PC européen.
Le gouvernement d'Israël. Le sionisme international.
La compagnie catholique de Jésus. Le Vatican.
La communauté juive de Yougoslavie.
La Société Catholique de Jésus, le Vatican
L'institution catholique de l'Opus Dei.
Un groupe de brahmanes tentant de dominer l'Occident.
Un groupe de "mutants" ou cerveaux privilégiés.
Une association de "Coven" anglais de sorcellerie.
Les "Camelots" français. Les anarchistes.
Les "Lion's". Les "Rotary". Une loge maçonnique de rite écossais.
Les "chevaliers de Colon" nord-américain.
Une secte cosmique qui encadre les meilleurs cerveaux de la TERRE.
Les partisans d'un "CANADA FRANÇAIS" entendant augmenter leur prestige comme correspondant d'authentiques extraterrestres.
Une organisation d'espionnage commercial.
Le conseil oriental des alchimistes.
D'authentiques extraterrestres, qui ne viennent pas d'UMMO et camouflent leurs véritables buts.
Une organisation criminelle tendant de se valoriser devant les scientifiques pour les dominer.
Les rédacteurs de la revue "The Punch" pour révéler le manque d'humour de certains intellectuels.
La NASA nord-américaine pour vérifier les réactions possibles face à une hypothétique invasion extraterrestres.
Un groupe de scientifiques paranoïaques qui se croient réellement "d'origine étrangère".
Des producteurs de cinéma qui font un boom publicitaire avant de diffuser un film dont le thème est une planète imaginaire.
UMMO est un symbole, il n'a pas d'existence réelle.
Les habitants d'UMMO ne sont pas ici. Ce sont des esprits qui utilisent un moyen parfait avec lequel communiquer avec nous.
Un subterfuge capitaliste pour introduire leurs idées anti-marxistes. De la vulgaire propagande religieuse sous un autre masque.
Des pays capitalistes provocants un climat psychologique de terreur pour justifier la production massive de matériel de guerre.
C'est un puissant groupe financier. Ils offrent les idées d'une planète imaginaire pour qu'elles soient copiées par les "terrestres" et développer ainsi leur propre projet.
"Nous revenons au gangstérisme, cette fois se camouflant intelligemment avec des habits extraterrestres."


NOTE 2.

Nous utilisons divers procédés pour fixer sur une lame rigide ou flexible une image qui peut-être visualisé stéréoscopiquement. La UULAYA NAI DEE n'est pas la plus récente mais ne requiert qu'une technologie très élémentaire.

Ce procédé à une base différente de ce que vous connaissez sur TERRE actuellement pour obtenir des effets de photographie en relief (système GAUFRE, HOLOGRAMME, ANAGLYPHE, LUMIÈRE POLARISÉ, etc.). Nous vous le décrivons succinctement.


(S73-A)

Image agrandie
non proportionnelle.

Sur une base (S73-1) de polymère rigide ou souple est déposé une fine pellicule transparente et visqueuse sur laquelle se trouve en suspension de fins disques microscopiques que nous appelons UULIBOO DEE (calibre de l'ordre de 8 microns terrestres)

Les UULIBOO DEE sont préparés par de complexes procédés technologiques que vous ne connaissez pas. Ce sont des cristaux d'oxydes métalliques qui sont préparés en les magnétisants de deux modes distincts : (S73-2) et (S73-3) de manière qu'une fois intégrées à la pellicule visqueuses et soumis à un fort champ magnétique, 50% sont orientés vers une direction et le reste vers une autre (voyez l'image).

Ces micros disques peuvent se sensibiliser électrostatiquement pour 172 tons distincts de couleur, couvrant pratiquement le spectre visible.

La lame ainsi préparée peut-être impressionnée avec deux images d'une paire stéréoscopique. Tous les UULIBOO (S73-2) enregistrent l'une d'elle qui ensuite ne peut être observé qu'à la distance de vision claire de l'oeil (S73-4). En revanche les disques (S73-3) sont moins perceptibles à cet oeil car ils sont presque orientés tangentiellement aux rayons visuels vers le cristallin de celui-ci.

Vous ne dépassez ces effets obtenus avec ce système que par les hologrammes. Nous disposons d'autres systèmes capables de projeter des images tridimensionnelles dans un espace vide ou gazeux.